Comment déclarer mon chiffre d’affaires ?

Déclarer son chiffre d’affaires

La déclaration du chiffre d’affaires constitue une obligation pour tous les autoentrepreneurs. Elle permet d’effectuer le calcul et le paiement de vos taxes et de vos cotisations. Il est donc important de bien saisir les procédures pour ne pas avoir de mauvaises surprises. Ce guide vous explique comment réaliser la déclaration de votre chiffre d’affaires.

Déclarer son chiffre d’affaires en ligne : comment s’y prendre ?

Selon l’article 13 section de la PLFSS 2019, tous les entrepreneurs doivent déclarer leur chiffre d’affaires et payer leurs cotisations en ligne. Ainsi, depuis le 1er janvier 2019, il n’y a plus de seuil de dématérialisation. Voici quelques démarches pour déclarer votre chiffre d’affaires en ligne.

A voir aussi : Quel document pour premier rendez-vous Pôle emploi ?

Le portail officiel des autoentrepreneurs

Étant donné que la fin des déclarations papier est marquée, il a été créé un portail officiel des autoentrepreneurs pour faciliter ces démarches. Pour déclarer votre chiffre d’affaires sur le portail officiel des autoentrepreneurs, vous devez effectuer cette démarche par le biais du compte que vous avez créé sur autoentrepreneurs.urssaf.fr.

Vous devez le faire au plus tard le dernier jour de chaque mois ou trimestre. Le jour de l’échéance de votre déclaration, le montant de vos cotisations sera automatiquement calculé et prélevé.

A lire aussi : Comment rédiger un CV pour la première fois ?

L’application mobile URSSAF

Avec le soutien de la fédération des autoentrepreneurs, L’ACOSS des URSSAF a créé une application mobile qui vous permet de déclarer votre chiffre d’affaires. Les démarches sur cette application sont en trois étapes.

La première étape consiste à accéder à votre compte. Une fois que vous vous êtes connecté, cliquez sur l’onglet « mon compte ». Renseignez ensuite votre adresse mail et votre mot de passe.

Passer maintenant à la deuxième étape. Elle consiste à déclarer votre chiffre d’affaires. Pour le faire, il suffit d’accéder au formulaire de déclaration et vous indiquer votre chiffre d’affaires une fois connecté. Même si votre chiffre d’affaires est nul, vous devez l’inscrire dans les cases correspondantes. Si vous avez une activité mixte, pensez à répartir les sommes encaissées.

Une fois que vous avez fini d’inscrire les chiffres, vous recevrez la question : êtes-vous certains de vouloir valider cette déclaration ? Après que vous ayez répondu, votre déclaration est enregistrée et un accusé de réception apparaît à l’écran.

La troisième étape consiste à effectuer votre paiement. Vous avez deux choix de paiement qui s’offrent à vous. Il suffit de choisir et de payer. Une fois, le paiement validé, sachez que vous avez fini votre déclaration de chiffre d’affaires.

Faire une déclaration mensuelle ou trimestrielle : ce qu’il faut savoir

Déclarer son chiffre d’affaires

La déclaration de son chiffre d’affaires est obligatoire, mais pour une première déclaration, vous avez trois mois pour le faire. Cela permet de laisser du temps aux autorités compétentes de mettre à jour votre situation.

Si vous avez débuté le 1er février par exemple et si vous avez opté pour une déclaration mensuelle, vous devez faire votre déclaration au plus tard le 30 juin. Si vous avez opté pour une déclaration trimestrielle, vous devez faire votre déclaration au plus tard le 31 juillet.

En effet, lors de l’enregistrement de votre autoentreprise, vous devez choisir entre une périodicité mensuelle et trimestrielle pour déclarer votre chiffre d’affaires.

Les échéances mensuelles sont fixées au dernier jour du mois et les échéances trimestrielles sont fixées le 30 avril, le 31 juillet, le 31 octobre et le 31 janvier de l’année en cours avant midi. Sachez qu’une fois la première déclaration effectuée, vous devez respecter un calendrier régulier. Notez que la date butoir est fixée au dernier jour du mois de déclaration.

Les sanctions encourues en cas de non-déclaration de son chiffre d’affaires

Pensez à bien savoir que la déclaration du chiffre d’affaires est une obligation légale. En cas d’omission ou de retard, des sanctions peuvent être appliquées.

Les auto-entrepreneurs qui ne respectent pas leurs obligations en matière de déclaration risquent une majoration importante sur leur chiffre d’affaires non déclaré ainsi qu’une amende forfaitaire pour frais de recouvrement (maximum 40 €).

Si vous êtes en défaut de paiement après plusieurs mises en demeure, l’administration fiscale peut aussi procéder à une saisie administrative à tiers détenteur sur votre compte bancaire professionnel, ce qui peut entraîner la fermeture temporaire ou permanente de votre entreprise.

Si vous ne respectez pas vos obligations fiscales et sociales pendant deux années consécutives, cela pourrait entraîner la radiation automatique du registre des entreprises. Pensez à bien gérer votre activité professionnelle avec succès.

Les différents régimes fiscaux pour les travailleurs indépendants : comment choisir ?

Les travailleurs indépendants ont aussi le choix de leur régime fiscal. En France, il existe trois régimes fiscaux pour les travailleurs indépendants : le régime micro-BIC, le régime réel simplifié et le régime réel normal.

Le régime micro-BIC est un système d’imposition simplifié destiné aux petites entreprises qui réalisent un chiffre d’affaires annuel inférieur ou égal à 176 200 €. Avec ce régime, l’entreprise bénéficie d’un abattement forfaitaire représentatif de ses charges qui s’élève à 71% du chiffre d’affaires pour les activités commerciales et artisanales (50% pour les prestations de services).

Le régime réel simplifié, quant à lui, est destiné aux entreprises dont le chiffre d’affaires annuel se situe entre 176 200 € et 789 000 €. Ce système permet de déduire intégralement toutes les charges effectivement supportées par l’entreprise en contrepartie des recettes perçues.

Le régime réel normal s’applique aux entreprises dont le chiffre d’affaires dépasse 789 000 €. Ce système permet une déduction complète des charges effectives mais nécessite la tenue rigoureuse d’une comptabilité très précise afin de pouvoir justifier chaque dépense engagée.

Il faut bien choisir son régime fiscal en fonction des particularités liées à son entreprise car cela peut influencer considérablement sa situation fiscale et sociale.

ARTICLES LIÉS